Comment régler une mycose vaginale récidivante ?

20 avril 2020

Article de Sophie-Laure Rigaldo,
naturopathe et Ambassadrice Kiffe ton Cycle

 

Ça gratte, ça démange, ça brûle au niveau de ta vulve ? Il y a de fortes probabilités pour que ce soit une mycose vaginale. Généralement bénigne, elle n’en est pas moins désagréable et peut devenir chronique, récidivante.

Découvre dans cet article pourquoi elle se développe et ce qu’il faut faire pour éviter les récidives.

La mycose vaginale, c’est quoi ?

Ton vagin possède sa propre flore, appelée flore vaginale, composée de très nombreuses bactéries qui sont là pour le protéger des agressions et maintenir sous contrôle le développement d’autres micro-organismes. Ces gentilles bactéries protectrices aiment particulièrement le pH acide qui règne normalement dans le vagin  (entre 4 et 4,5).

Le bon équilibre de ta flore vaginale permet donc de lutter contre la prolifération excessive de germes moins sympathiques.

La mycose vaginale est l’infection vaginale la plus fréquente chez la femme. Elle est due à la présence d’un champignon, généralement le Candida Albicans. Ce champignon est naturellement présent dans ton corps, mais c’est sa prolifération excessive qui va mener à la mycose.

On dit que le Candida Albicans est un champignon opportuniste : il ne peut se développer que si ta flore vaginale est déséquilibrée et ne peut plus le maintenir sous contrôle. Mais il a également besoin de certains facteurs pour se développer.

 

Comment reconnaître une mycose vaginale ?

La mycose se caractérise par certains signes :

  • Démangeaisons de la vulve et/ou du vagin (ce signe peut être le seul signe d’une mycose)
  • Pertes blanchâtres, épaisses (style cottage cheese ou lait caillé, oui je sais ce n’est pas très glamour) et sans odeur. A ne pas confondre avec les pertes blanches liées au cycle féminin ! Les pertes liées à une mycose sont en général beaucoup plus abondantes et déclenchent des brûlures, des démangeaisons.
  • Brûlures, rougeurs, gonflements, fissures.
  • Douleurs lors de la miction et lors des rapports sexuels.

A ne pas confondre avec la vaginose, qui se caractérise par des pertes jaunâtres voire verdâtres, et surtout malodorantes (pour rester dans le glamour, cela fait généralement penser à une odeur de poisson pas frais, franchement très désagréable).

Mieux vaut aller se faire ausculter par son médecin pour s’assurer du diagnostic et éliminer une potentielle affection grave masquée par les symptômes rencontrés. Le traitement allopathique sera généralement basé sur des crèmes ou ovules fongicides et parfois un traitement oral. On pourra également se tourner vers des traitements naturels en complément pour soulager la crise.

Mais de nombreuses femmes (dont toi je suppose si tu lis cet article) se plaignent de fréquentes récidives, ce qui peut avoir un impact sur la qualité de vie car entre 5 et 10% des femmes feront jusqu’à 4 épisodes par an ! Pourquoi ? Tout simplement car si tu ne modifies pas ton terrain et que tu continues à donner au candida un terrain de jeu favorable, il recommencera à se multiplier et tu continueras à avoir des mycoses.

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent », Albert Einstein.

Et c’est là que tu peux agir !

 

Mais pourquoi ça m’arrive à moi ?

Tu as désormais compris que les causes principales de la mycose vaginale sont le déséquilibre de ta flore vaginale et un terrain favorable. Comment en arrive-t-on là ?

Il existe un certain nombre de facteurs de risque qui vont impacter ta flore vaginale, ton système immunitaire et amener à un terrain favorable pour la candidose, d’où  les récidives !

  • Une hygiène intime trop rude : savon trop agressif, bains moussants trop fréquents, douches vaginales vont perturber  le pH de ton vagin.
  • La prise de médicaments (comme par exemple les antibiotiques, les corticoïdes…) mais aussi la pilule.
  • La grossesse peut être une période de récidive car le système immunitaire de la future maman est impacté.
  • Une zone sous macération : le port de sous-vêtements synthétiques entraîne un effet de serre qui favorise le développement du Candida Albicans. De même pour les vêtements trop serrés.
  • De trop nombreux passages en piscine.
  • Des rapports sexuels trop fréquents, ne tenant pas compte d’une possible sécheresse vaginale et qui vont pouvoir créer des micro lésions dans le vagin.
  • Un régime alimentaire déséquilibré, riche en sucres et à tendance acidifiante : le Candida se nourrit de sucre ! Mais aussi l’alcool et le tabac. Et il adore l’acidité.
  • Le stress et le manque de sommeil vont également amener des terrains propices au déséquilibre.
  • Un déséquilibre hormonal, notamment hyper-œstrogénie.
  • La période du cycle : généralement les femmes vont plus se plaindre de récidives dans la seconde partie du cycle, règne de la progestérone qui va impacter l’immunité mais aussi réduire légèrement le pH du vagin.
  • Certaines maladies comme le diabète mais aussi des prédispositions génétiques peuvent influencer ce fragile équilibre.

Pour tâcher de se sortir de la spirale infernale des mycoses, il va donc falloir modifier certaines habitudes de vie pour agir sur ton terrain et faire en sorte que ta flore (vaginale et intestinale) soit équilibrée.

Conseils pratiques pour éviter les récidives de mycoses vaginales

Il existe de nombreuses possibilités d’action pour éviter que la situation ne recommence, certaines faciles d’application, d’autres plus compliquées car demandant des efforts d’adaptation. Fais ton choix dans les conseils en écoutant ta motivation. Rien ne t’empêche de mettre en pratique certaines idées faciles et d’en introduire d’autres en fonction de l’évolution de la situation.

  • Adapte ton hygiène intime pour respecter au mieux ta flore vaginale :
    • Oublie les savons parfumés, les douches vaginales internes. Si vraiment tu souhaites utiliser un produit pour te laver, choisis un produit d’hygiène respectueux du pH acide de ton vagin (par exemple Saforelle en pharmacie )
    • Une excellente manière de te laver tout en respectant ta flore est de le faire à main nue (pas de gants ni de fleurs de douche) et à l’eau tiède, toujours d’avant en arrière pour éviter de ramener des germes de l’anus vers la vulve. Sèche toi ensuite délicatement. La non utilisation d’un produit de lavage est souvent le meilleur moyen de laisser ta flore vaginale tranquille. Et ne sois pas inquiète de possibles odeurs suspectes : ton vagin ne sent pas mauvais !
  • Si tu vas à la piscine, ne garde pas ton maillot mouillé après la nage et rince-toi rapidement à l’eau claire.
  • Evite si possible les vêtements trop serrés et choisis tes sous-vêtements en coton: cela permet une bonne aération de la zone.
  • Un point important concernant les protections hygiéniques. Il peut être intéressant de passer à des protections hygiéniques en tissu lavable pour limiter l’irritation et le risque de perturbation de la flore. Si tu dois utiliser des protections jetables, assure-toi d’en changer très régulièrement pour éviter la macération. Enfin, évite de porter tout au long de ton cycle des protège-slips (même en coton) : laisser respirer ta vulve !
  • Si tu sens que lors du rapport sexuel, cela « râpe » un peu (cela manque de lubrification), pense à utiliser un lubrifiant intime pour éviter les micro lésions et autres irritations.

 

L’alimentation, incontournable !

C’est dans l’alimentation que le Candida va trouver la force de se développer. Et ce qu’il préfère, c’est le sucre et un terrain acide ! L’idée va donc être de limiter voire d’arrêter ce que le Candida adore  et de favoriser ce qu’il déteste. Attention, un changement alimentaire n’est pas une chose facile à faire, mieux vaut parfois se faire accompagner par un naturopathe qui saura te guider progressivement ! L’idée est ici de tenir ce régime pendant au minimum 3 mois.

A réduire au maximum :

  • les sucres rapides (sodas, sucres industriels, gâteaux en tout genre… mais aussi les jus de fruits industriels) et les produits ultra transformés qui contiennent plein de sucre caché. Mais également le sucre sous forme brute, le miel, le sirop d’érable…
  • Certains fruits sont extrêmement sucrés et devront donc être évités : melon, raisin, pastèque…
  • Les produits riches en levure et moisissures comme le pain, les viennoiseries mais aussi certains fromages, les bières. Evite de manger des produits qui ont trop longtemps traîné dans ton frigo.

A limiter :

  • Les glucides comme les produits céréaliers. Choisir de préférence des produits sans gluten pour limiter l’inflammation (quinoa, sarrasin, millet…) et partir sur des céréales complètes pour viser une alimentation Indice Glycémique Bas.
  • Les produits laitiers car ils contiennent du lactose, ainsi que les fromages.
  • Les fruits pendant cette période seront à consommer modérément. Si tu manges de la viande, choisis-la d’origine biologique pour éviter les antibiotiques qu’elle peut contenir

A privilégier :

  • Les légumes pour leur apport en fibres et en vitamines. Ils vont venir nourrir les bonnes bactéries de ton microbiote intestinal, l’aidant ainsi à lutter contre l’invasion. Pense également aux choux qui sont des aliments anti-Candida, tout comme l’oignons, les navets… Consommer des légumes va te permettre d’avoir des apports suffisants en vitamines A et C pour booster ton immunité.
  • Les légumineuses
  • Certains aliments vont nous aider dans notre lutte contre le Candida Albicans :
    • L’huile de coco, appelée également acide caprylique, sera consommée avec modération pour ses propriétés anfi-fongique et anti-bactérienne (1 cuillère à soupe par jour)
    • L’ail est un super allié contre le Candida Albicans dont il va attaquer le bio-film : 1 à 2 gousses d’ail de préférence crues par jour
    • Certains aliments peuvent être introduits assez facilement dans l’alimentation et sont détesté par le Candida Albicans: curcuma, gingembre, clou de girofle, origan, sarriette…

Cette alimentation va de plus permettre un meilleur équilibre acide-base, nécessaire dans un programme de prévention des récidives. Un terrain acide est très favorable au développement du Candida. On veillera donc à avoir une alimentation plutôt alcalinisante (les fruits et les légumes le sont dans leur grande majorité) en limitant les produits acidifiants (sucre, produits animaux…)

 

Revois ton hygiène de vie !

Comme on a pu le voir, de nombreux facteurs impactent le développement d’une mycose. Pour lutter contre les récidives, il faut donc travailler dessus et tâcher de les gérer au mieux :

  • Le stress va favoriser le développement du Candida Albicans en ayant une influence sur ta flore bactérienne et sur ton système immunitaire. Il est donc important de travailler dessus pour mieux le gérer. Magnésium, Fleurs de Bach, bourgeon de Figuier, plantes adaptogènes comme la Rhodiola, huiles essentielles comme la Lavande Vraie et ou le Petit Grain Bigarade peuvent être d’une grande aide, toujours en respectant les précautions d’usage.  On pourra également utiliser des techniques comme la sophrologie, la cohérence cardiaque …
  • Le manque de sommeil ou un sommeil de mauvaise qualité vont créer un terrain favorable à un déséquilibre de la flore. Il existe de nombreux conseils pour retrouver le sommeil (activité en fin de journée, exposition à la lumière naturelle, limiter les écrans …) et de nombreux alliés en naturopathie : plantes (Valériane, Passiflore …), huiles essentielles (Lavande Vraie, Marjolaines à Coquilles …), bourgeons de Tilleul ou encore Fleur de Bach…
  • Stress et sommeil vont également avoir un impact sur ton équilibre hormonal, tout comme ton alimentation ou encore ton exposition à des perturbateurs endocriniens. Sachant qu’un déséquilibre hormonal peut être un terrain favorable à une mycose, on comprend bien ici qu’il est nécessaire d’agir sur tous les tableaux ! Des plantes pourront être utilisées pour rééquilibrer les hormones, comme l’Alchémille ou le Framboisier.
  • Pratique une activité physique adaptée et régulière. Elle va te permettre d’éliminer les toxines par la transpiration et va booster ton immunité. Si tu n’es pas sportive, une marche rapide d’une demi-heure est une bonne entrée en matière ! Pratiquée à l’extérieur, elle te permet de t’exposer au soleil, ce qui est primordial pour ton apport en vitamine D (toujours pour l’immunité).

 

Utilise des alliés naturo pour lutter contre la candidose

  • Les probiotiques sont des compléments alimentaires qui renferment des milliards de bactéries qui vont venir soutenir ta flore vaginale dans sa lutte contre l’envahisseur. Encore faut-il bien choisir les souches et le mode d’utilisation.
    Il est également important de comprendre que ta flore intestinale doit elle-aussi être équilibrée : une flore intestinale envahie par le Candida va pouvoir servir de réservoir et contaminer d’autres endroits du corps, comme la bouche, la peau … et le vagin !

    • Les probiotiques sous forme vaginale peuvent être pris pendant la crise en même temps que le traitement allopathique, mais aussi en prévention des récidives. On pourra ainsi parler de Gynophilus ou de Médigyne de Saforelle. Les ovules s’introduisent dans le vagin le soir au coucher, afin qu’ils se dissolvent. Si tu as du mal à l’introduire, n’hésite pas à appliquer un peu de gel lubrifiant tout autour pour une meilleure insertion. Il ne faut pas hésiter à partir sur un ou deux mois de cure !
    • Les probiotiques à prendre par voie orale peuvent agir selon les souches sur la flore intestinale mais aussi sur la flore vaginale. On pourra ainsi citer Theoliance Intima 10 de chez Therascience ou encore Ergyphilus Intima de Nutergia.
    • Attention : si jamais tu dois prendre des médicaments comme des antibiotiques, n’oublie pas de prendre un probiotique par voie orale pendant le traitement, à 4 heures d’intervalle de la prise du médicament, pendant toute la durée du traitement et 3 semaines après.
  • Certaines plantes pourront être utilisées pour booster ton immunité comme l’Echinacée, en extrait sec par exemple Phytostandard d’Echinacée de Pileje (1 à 2 gélules par jour). D’autres seront utilisées comme anti-fongique comme l’Alchémille (qui va en plus agir sur l’équilibre du cycle) ou encore la Réglisse (anti-mycosique) que l’on pourra prendre en Quantis chez LPEV. On pourra également citer l’Extrait de Pépins de Pamplemousse, antibiotique naturel qui peut aider à désinfecter la sphère intestinale. La Chlorophylle a également montré des effets anti-Candida, avec un impact non négligeable sur l’équilibre de la flore intestinale.
    Des huiles essentielles comme l’huile essentielle d’origan compact pourront être utilisées en interne pour assainir la flore intestinale. On pourra également se tourner vers des ovules d’huiles essentielles préparés en pharmacie, à insérer dans le vagin.
    Il est cependant préférable de s’adresser à un spécialiste qui saura choisir au mieux les plantes et les huiles essentielles qui te correspondent, toujours dans le respect des contre-indications.
  • Il pourra également être intéressant de soutenir tes émonctoires (les portes de sortie de ton corps) en cette période car le traitement de la candidose va entrainer une libération importante de toxines dans ton corps. Le foie sera ainsi mis à rude épreuve et pourra être soutenu par l’application d’une bouillote chaude (mais pas trop, pars sur la température de ton bain) le soir sur la zone du foie (en bas à droite des côtes, 30 minutes) ou encore par des plantes (Romarin, Desmodium…).
  • Les produits de la ruche sont également des alliés de choix dans la lutte contre la candidose. La Propolis est ainsi un puissant anti-fongique, à prendre sous forme pure de préférence en respectant la posologie, le matin pendant 2 à 3 semaines. La Gelée Royale stimule l’immunité : on commencera par des doses inférieures pour augmenter progressivement (jusqu’à 1 gramme par jour, pendant un mois).

 

Idées naturo pour mycose déclarée

Quand la mycose est là, on comprend donc qu’une visite chez le médecin pour valider la candidose s’impose, assortie d’un traitement.

Ce traitement peut être accompagné par certaines astuces naturo qui vont t’aider à traverser plus facilement cette période :

  • Des bains de siège froids pendant 15 minutes vont permettre de limiter les démangeaisons. Attention à bien couvrir le reste du corps pour ne pas avoir froid.
  • Mélange 100ml d’eau froide avec une cuillère à café d’hydrolat de Tea Tree (en magasin bio). Imbibe une compresse de ce mélange et applique-la sur ta vulve.
  • Tu peux également verser une cuillerée à café d’huile de coco vierge première pression à froid sur du coton stérile et tamponner la zone qui démange.
  • Tu pourras également appliquer un peu d’Huile essentielle de Palmarosa (1 goutte d’HE pour 10 gouttes d’huile végétale de coco par exemple) ou encore Tea Tree (1 goutte d’HE pour 10 gouttes d’huile végétale). Il est préférable de se rapprocher d’un spécialiste pour bien utiliser les huiles essentielles. Et attention, ne jamais appliquer d’huiles essentielles pures sur la zone génitale ! Ces deux huiles essentielles sont par contre interdites aux femmes enceintes ou allaitantes.

 

La mycose chronique n’est donc pas une fatalité mais la lutte sera longue, parfois compliquée et elle demande une approche globale. N’hésite pas à te faire accompagner sur ce chemin !

 

Voilà, tu as plein de trucs et astuces pour pouvoir tenter d’endiguer ta mycose vaginale. Cette liste n’est bien entendu pas exhaustive, et si tu as tes propres astuces, n’hésite pas à les partager en commentaires ⬇️⬇️ je serai ravie de te lire !

 

Je terminerai par une ouverture, tu peux profiter de cette période de confinement pour rencontrer les richesses de ton cycle menstruel, je te laisse découvrir  l’article de Gaëlle sur l’intérêt du cycle menstruel pendant le confinement.

 

Sophie-Laure Rigaldo
Naturopathe et Ambassadrice Kiffe ton Cycle

 

Si c’est le syndrome prémenstruel (donc juste avant les règles) qui te gâche la vie, cet article pourrait t’intéresser : Le Syndrome Prémenstruel : Parlons-en Vraiment

👉Tu souhaites approfondir ou être accompagnée dans la compréhension de ton cycle et de son fonctionnement ? J’ai créé un programme en ligne, Kiffe ton Cycle, pour t’aider.

👉Le prochain Sommet en ligne sera consacré à l’autonomie gynécologique des femmes aura lieu en juin 2020. N’hésite pas à faire un tour sur la page Facebook ou le compte Instagram pour suivre les dernières actualités.

Laissez un commentaire