Confinement : mon cycle menstruel déréglé !

3 avril 2020

« Mon cycle réglé comme une pendule est tout décalé ce mois-ci, suis-je la seule ?»

C’est un message parmi les dizaines que je reçois du même acabit depuis quelques jours.

Que se passe-t-il ? Le confinement a-t-il vraiment un impact sur le cycle menstruel ?

C’est ce que nous allons explorer ensemble.

 

Le cycle menstruel a une visée reproductive

Nous l’oublions parfois tant il fait parti de nos vies. C’est un phénomène qui a pour seul objectif la reproduction.

Or la reproduction passe au second plan quand est question d’assurer notre survie.

Autrement dit, notre corps vérifie d’abord que tout va bien avant de se lancer dans l’aventure de la reproduction.

Et, en ce moment tout ne va pas bien pour notre corps, donc, pour un certain nombre d’entre nous, il va modifier son rythme habituel. C’est normal !

 

Qu’est-ce qui ne va pas ?

L’équilibre émotionnel

Un choc émotionnel (ou même juste un pic d’émotions) peut modifier le cycle menstruel.

Ce phénomène est régulièrement observé lors du décès d’un proche ou d’une rupture amoureuse par exemple.

On le retrouve aussi pour les examens comme le bac, ou encore le jour du mariage.

Les voyages ou un jeûne de plusieurs jours sont aussi des cas classiques de bazar dans le cycle menstruel.

 

L’impact sur les hormones

Le système hormonal est directement relié au système nerveux (gestion des émotions) par une petite région du cerveau.

Cet endroit situé au milieu de la boite crânienne s’appelle le complexe hypothalamo-hypophysaire. Constitué de l’hypothalamus qui est une structure nerveuse en charge notamment des réactions émotionnelles, et d’une glande : l’hypophyse, qui contrôle le cycle menstruel. Il est le lieu de rencontre des deux univers (les nerfs et les hormones).

En interaction permanente, hypothalamus et hypophyse discutent pour maintenir, autant que faire ce peut, l’équilibre dans le corps.

Une annonce telle que l’arrivée imminente d’une pandémie crée une émotion.

Elle est vécue différemment d’une personne à l’autre. Pour certaines, le corps va enregistrer un signal de danger immédiat. Un signal qui dit : « ce n’est pas vraiment le moment de mettre un bébé en route ».

Ce signal est communiqué par le système nerveux au système hormonal qui va se mettre « en pause ».

 

Deux conséquences possibles :

Si l’ovulation est déjà passée,

Le corps lance le grand nettoyage : les règles arrivent plus tôt que prévu, le cycle est raccourci.

Pour déclencher cela, il suffit pour le corps, d’arrêter de produire les hormones sexuelles (œstrogènes et progestérone).

Cette chute brutale entraîne, dé-facto, l’évacuation de la muqueuse utérine et donc les règles. Cela permet d’éliminer tout risque de grossesse en empêchant la nidification si l’ovule a été fécondé.

Si l’ovulation n’est pas encore passée,

Le corps se met en pause sans déclencher les règles (pas besoin puisqu’il n’y a aucun risque de grossesse). Le cycle se rallonge.

Le processus d’ovulation se stoppe ou ralentit. Ceci explique les retards de règles ou même les cas d’aménorrhée secondaire (absence de règles pendant plus de 3 mois chez une personne réglée).

 

Dans tous les cas, c’est réversible, dès que le corps se sentira de nouveau en capacité d’accueillir une grossesse, ça redémarrera.

 

Les impacts du stress

 

Le stress nous fait sécréter une hormone appelée le cortisol, qui a pour effet d’optimiser notre réponse à la situation stressante.

Pour fabriquer le cortisol, notre corps utilise de la progestérone comme matière première.

Donc, en période de stress, après l’ovulation (période de production de progestérone), il peut y avoir un déséquilibre lié à ce stress qui « pique » notre progestérone pour faire son cortisol.

Il peut en résulter du bazar +++ dans le vécu de la phase prémenstruelle.

 

Un syndrome pré-menstruel (SPM) beaucoup plus fort que d’habitude

 

Le SPM est lié à un déséquilibre entre œstrogènes et progestérone (je te laisse voir l’article sur le sujet ici). Donc quand notre progestérone est « grignotée » pour les besoins de production du cortisol, hop -> méga SPM ! -> irritabilité, gonflement, douleurs de seins, de dos, migraines, et j’en passe.

Autant dire que SPM + confinement = des envies de faire voler les assiettes.

Dans ce cas, il est préférable de s’isoler (même aux toilettes). C’est aussi le moment de découvrir les outils de gestion émotionnelle tels que TIPI (je te laisse chercher sur la toile), l’EFT ou encore de pratiquer la cohérence cardiaque. La plongée sous couette (seule ou a plusieurs) est aussi une option à envisager. Je te mets l’article « poisson d’avril » de cette année (à part le remboursement par la sécu, tout le reste sur l’usage de l’orgasme est vrai).

 

En résumé

Cette situation exceptionnelle peut faire du grabuge dans nos cycles et c’est une bonne chose ! Cela veut dire que notre corps est  suffisamment intelligent pour utiliser tous ces systèmes adaptatifs afin de retrouver l’équilibre. En période de déséquilibre interne il bloque les fonctions reproductives pour éviter d’aggraver la situation. Une réaction au top !

Donc là tout de suite, si tu es dans ce cas, vois comment tu peux aider ton corps et tes émotions à retrouver la paix, un peu de patience, ton corps travaille pour toi. C’est une formidable machine à résilience.

Les changements dans ton cycle en sont la meilleure preuve : tu n’es pas une machine mais un être sensible et adaptatif.

 

Si tu as un doute sur une éventuelle grossesse, pense à faire un test après 4-5 jours de retard. Ca te permettra de savoir si tu es ou non enceinte. Une fois au clair tu  pourras soit attendre tes règles l’esprit tranquille, soit prendre tes dispositions pour cette grossesse qui démarre.

 

Si tu veux partager en commentaires ce qui a changé dans ton cycle, ça pourra aider les autres lectrices de voir qu’elles ne sont pas seules ⬇️⬇️ et je serais ravie de te lire !

👉Tu souhaites approfondir la compréhension de ton cycle et de son fonctionnement ? J’ai créé un programme en ligne, Kiffe ton Cycle, pour t’aider.

👉Et c’est par ici, si tu veux retrouver toutes les conférences du dernier Sommet du Cycle Menstruel, consacré au Syndrome Prémenstruel.

👉N’hésite pas à faire un tour sur la page Facebook ou le compte Instagram pour suivre les dernières actualités.

Commentaires

  1. Merci pour cet article très clair et pédagogique qui vient me RASSURER !
    Je me doutais un peu de l’effet de ce confinement sur nos cycles menstruels mais vous avez mis en mots mes observations ! Ce confinement est venu certes générer un peu de stress face à cette nouvelle organisation de nos vies et de nos modes de travail (je pense au télé-travail !) mais surtout dérégler nos cycles de vie (rythme de sommeil décalé, modification de notre activité physique, sédentarité accrue, baisse de l’exposition à l’environnement naturel…).
    Encore MERCI pour cet article et pour la richesse de vos partages lors de ces conférences !

  2. Cet article me rassure (un peu) car ça me permet de comprendre la raison de mon absence de règles depuis presque 40 jours ! Jai eu une fausse couche il y a deux mois et je pense que dans le fond, même si je désire réellement une grossesse car jai 33 ans et un désir d’enfant depuis mes 20 ans, jai peur de ne pas être réellement prête émotionnellement parlant et cette pandémie rajoute une couche de stress supplémentaire. J’étais, et je suis toujours, très perturbé par ce retard, jai fais 2 tests de grossesses et une prise de sang pour être sur de ne pas avoir une grossesse en cours et c’est négatif donc je vais juste essaye de me détendre et de préparer le terrain pour un moment plus propice à la venue de ce premier petit bout quand les conditions seront meilleurs.

  3. Merci pour cet article très précis, je viens de découvrir seulement aujourd’hui cette modification de cycle due au confinement.
    Plusieurs jours de retard et une peur d’une grossesse non désirée m’ont empêchée de dormir … et je m’aperçois que nous sommes pas loin de 40% à vivre les mêmes inquiétudes.
    J’ai également recouru aux tests de grossesse : négatif !
    Il paraîtrait que la méditation et les exercices de respiration peuvent rétablir l’ordre des choses 🙏

  4. Merci pour cet article qui me rassure…! Désir de grossesse, j’ai un retard de 10 jours mais pas enceinte (test + prise de sang négatifs). Première fois que j’ai un tel retard. Je ne me sentais pas stressée par la situation mais peut être qu’au fond de moi je me dis que ce n’est pas le moment de tomber enceinte ? De plus je suis plutôt habituée à passer la plupart de mon temps dehors à bouger, voir du monde et là je me sens comme un lion en cage. Je vais essayer de travailler sur moi pourquoi pas avec un peu de méditation !!

  5. Salut !
    Moi qui suis empathe, je me suis toujours protégé mais j’avoue, avec toutes ces sottises, avoir eu une journée d’angoisse lors du reconfinement…avant que ça passe. Je suis rassurée ! Mon cycle était en train de se raccourcir, depuis deux fois déjà, ce qui ne m’était jamais arrivée depuis mon arrêt de pillule il y a 5 ans. Incroyable le corps humain !

Laissez un commentaire