Les stimulateurs clitoridiens bientôt remboursés par la sécurité sociale ?

1 avril 2020

Les autorités sanitaires se penchent sur les intérêts de l’orgasme dans la réduction des frais de santé.

Des résultats sans appel

Après avoir démontré les bienfaits de l’orgasme sur :

  • La diminution des douleurs

  • l’amélioration des défenses immunitaires

  • La diminution des trouble anxieux et des syndromes dépressifs

  • La régulation du stress et des systèmes hormonaux

  • La baisse des tensions au sein des familles

  • La diminution du risque de burnout

  • L’amélioration des troubles du sommeil

 

La question du remboursement des stimulateurs clitoridiens par la sécurité sociale est actuellement en débat.

 

Les obstacles à cette proposition sont nombreux.

 

Beaucoup pensent que les orgasmes lors des rapports sexuels seraient suffisants pour bénéficier des bienfaits énoncés précédemment.

 

Or « une étude publiée en 2014 dans le Journal of Sexual Medicine révélait que si seulement 61.6% des femmes hétérosexuelles déclaraient avoir un orgasme lors d’un rapport, chez les lesbiennes, ce pourcentage grimpe jusqu’à 74.7% du temps. Les hommes, quant à eux, jouiraient sans le moindre problème 95% du temps. »

 

« Il est temps de faire tomber les tabous et d’offrir aux femmes toutes les chances d’avoir des orgasmes réguliers » estime Clélia Redoux qui milite activement pour la prise en charge à 100% des stimulateurs clitoridiens.

 

Efficaces et pratiques, ils permettent d’atteindre un orgasme en moins de 3 minutes dans une grande majorité des cas.

 

Un tel investissement pour la société est la promesse d’une baisse drastique des dépenses de santé.

 

« Chaque appareil ayant une durée de vie de plusieurs années, l’amortissement pour la sécurité sociale se fait sur le long terme » argue Sylvain Capons rapporteur du projet.

 

Sophie Degiron milite pour qu’en parallèle de cette mesure d’urgence des cours d’éducation à la sexualité consciente (personnelle et en couple précise-t-elle) soient dispensés dès l’adolescence afin de diminuer, dans les années à venir, le recours aux outils électroniques et de favoriser les compétences manuelles.

 

Les débats sont prévus pour durer jusqu’à début juillet.

 

Pour augmenter les chances du succès de cette proposition, il est recommandé à toutes les femmes de révéler publiquement leurs actes de simulation.

 

« Plus elles seront nombreuses à le faire, plus la prise de conscience sera rapide », estime Mme Degiron.

 

Que penses-tu de cette proposition ? N’hésite pas à les partager en commentaires ⬇️⬇️Je serai ravie de te lire !

👉Tu souhaites approfondir ou être accompagnée dans la compréhension de ton cycle et de son fonctionnement ? J’ai créé un programme en ligne, Kiffe ton Cycle, pour t’aider.

👉 N’hésite pas à faire un tour sur la page Facebook  de Kiffe ton Cycle ou le compte Instagram pour suivre les dernières actualités.

Commentaires

  1. La désastreuse idée que le clitoris est un organe uniquement dédié au plaisir est malheureusement encore très présent (sans parler de l’écrasante majorité d’hommes dans les instances législatives).

    Même si je suis convaincu que ce serait un avancée considérable, Je crains que la question ne soit pas tranchée avant plusieurs années.

    [Je précise ma pensée concernant la fonction du clitoris. Cela correspond à la conclusion médiatique d’un certains nombres d’études qui supposaient que le clitoris et l’orgasme n’avaient pas d’impact sur la fertilité. Ces faits ont d’ailleurs été démenti depuis, mais le mal est fait. En affirmant que le clitoris est un organe qui n’a pour objectif que le plaisir, on justifie, dans le cadre de certaines cultures, l’insupportable barbarie de l’excision.]

Laissez un commentaire